Edito :

« Lorsqu’en 1977, les parisiens ont découvert l’architecture audacieuse du Centre Pompidou, les réactions furent… disons, contrastées. Depuis, les éblouissantes expositions temporaires et la richesse des collections d’un des plus prestigieux musées d’art moderne et contemporain du monde font l’unanimité des visiteurs, français et étrangers. Le musée enregistre plus de cinq millions d’entrées par an.

Nous sommes donc particulièrement fiers et heureux que l’équipe dirigeante du Musée National d’art moderne nous ait si chaleureusement accueillis à Beaubourg et aidés à organiser des visites gratuites pour personnes (enfants ou adultes) souffrant de troubles psychiques ou mentaux. Visites commentées par des accompagnateurs spécialement formés par le Centre Pompidou.

Cette collaboration est une de nos réalisations récentes les plus significatives des objectifs d’Entreprendre pour Aider.

Mais il reste tant à faire …

La santé mentale sera sans doute déclarée grande cause nationale de l’année 2014. Il était temps !

Les chiffres officiels sont en effet plus qu’alarmants : les pathologies relevant de la psychiatrie se situent au troisième rang des maladies les plus fréquentes, après le cancer et les maladies cardio-vasculaires.

Et le problème – qui coûte déjà cent-dix milliards d’euros par an à la société française – risque de s’aggraver avec le temps.

C’est en pensant à ces centaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants dont les talents sont ignorés parce qu’ils sont différents, que j’ai créé Entreprendre pour Aider ; pour contribuer, encore modestement mais activement, à l’effort à faire d’urgence pour qu’ils soient mieux acceptés, accompagnés et intégrés.

Notre méthode de travail consiste non seulement à soutenir financièrement certains organismes que nous jugeons spécialement efficaces, mais aussi à réfléchir avec eux à leur organisation et à leurs projets.

Encouragés par les résultats obtenus en vingt mois avec huit partenaires, nous allons poursuivre nos efforts principalement dans trois directions :

  • L’aide à la recherche fondamentale (soigner c’est bien, anticiper le mal, c’est encore mieux),
  • La réinsertion sociale et professionnelle,
  • L’accès à l’art sous toutes ses formes (dessin, peinture, sculpture, musique, danse, photo, cinéma). Une si belle manière d’atténuer leur difficulté d’être, voire de les faire accéder à une certaine sérénité, ne serait-ce que provisoirement.

Nous sommes convaincus de l’efficacité de notre action.

Alors, si vous avez des idées concrètes à nous proposer, n’hésitez pas à nous en parler.

Et à parler de nous à ceux que notre cause et notre méthode intéressent.

Chacun de nous peut contribuer, par son attitude positive, à modifier le regard trop souvent négatif de la société envers ceux qui sont injustement frappés. »

Roger Paluel-Marmont

Président-fondateur

Pour télécharger la newsletter : Lettre d’Information 7